Médecine et Hygiène 2001; 59 : 2316-2323

Erythromycine et néomacrolides actuels, usages cliniques et perspectives.

Van Bambeke F, Verhaegen J, Tyteca D, Auckenthaler R, Tulkens PM

Unité de Pharmacologie cellulaire et moléculaire, Ecole de Pharmacie, Université Catholique de Louvain, Bruxelles, Belgium
 

Les macrolides sont des antibiotiques actifs sur les Gram (+), les mycoplasmes et les germes intracellulaires.  Leur chef de file, líérythromycine, présente cependant des inconvénients pharmaco-toxicologiques majeurs (instabilité gastrique réduisant la biodisponibilité et la rendant très variable; demi-vie courte exigeant des administrations répétées; interactions médicamenteuses potentiellement dangereuses; intolérance gastrique).  Ces inconvénients sont réduits pour les néomacrolides (roxithromycine, clarithromycine, azithromycine), mais leur activité antibiotique et leur sensibilité aux mécanismes de résistance demeurent similaires à celles de l'érythromycine.  La montée des résistances chez S. pneumoniae incite à la prudence dans l'usage des macrolides pour le traitement des infections respiratoires.  Par contre, ils restent le premier choix dans le traitement des infections génitales, de l'ulcère causé par Helicobacter pylori  et des infections intracellulaires en général.